Home

olivier-gLes mots, aujourd’hui, semblent presque futiles. Que dire qui n’a déjà été dit sur l’attentat perpétré contre Charlie Hebdo ce triste 7 janvier 2015, et les prises d’otages qui s’en sont suivies ?

Tout d’abord, l’évidence : ce crime n’est pas un attentat contre Charlie Hebdo, ni contre la France. C’est un attentat contre la liberté d’expression, contre cette liberté de penser qui fait de nous des êtres humains.

N’ayons pas peur des mots : c’est un attentat fasciste.

On peut menacer les penseurs, enfermer les intellectuelles, tuer les poètes. Mais on ne peut menacer une opinion, enfermer un avis, tuer une idée.

Il y aura toujours et partout des femmes et des hommes qui se lèveront, s’indigneront, se battront pour avoir le droit de dire ce qu’ils pensent, de penser ce qu’ils veulent, d’écrire, de chanter et de dessiner pour se foutre de la gueule des lâches et des cons.

Il y a aura toujours celles et ceux qui choisiront l’amour plutôt que la haine, le rire plutôt que les cris, le sourire plutôt que les crocs. Car il y a plus de fierté à vivre comme un Homme qu’à tuer comme un barbare. Il y a plus d’honneur à dénoncer notre bêtise qu’à la répandre. Il y a plus de grandeur à mourir pour le droit de rire qu’à vivre en prêchant la mort.

Quelle plus grande faiblesse il-y-a-t-il à ne pas être en mesure de répondre au dessin par un dessin, aux mots par les mots ? Ces brutes ont-elles perdu l’usage de la langue, si ce n’est pour cracher des mensonges ? Ont-elles perdu l’usage de leurs mains, si ce n’est pour tuer ?

Si un dessin vous fait trembler, de quelle trempe êtes-vous ?

La récupération politique est bien sûr présente, avec en première ligne les suspects habituels tels que Bart de Wever et Marine le Pen et leurs cohortes, mais également le Premier ministre grec Antonis Samaras, par exemple. Bien plus inquiétant, un grand nombre d’anonymes sur les réseaux sociaux ne voient pas, ne veulent pas voir que c’est également leur liberté qui a été visée. Ou sans doute ont-ils déjà abdiqué.

Oui, des gens meurent partout et tout le temps, et non les journalistes de Charlie Hebdo ne sont pas les premiers journalistes à être assassinés. Et non tous leurs dessins n’étaient pas du meilleur goût.

Mais sommes-nous prêts à accepter un monde où prendre la plume équivaut à signer son arrêt de mort ?

Ceux qui se réjouissent ou « comprennent » cet attentat ne comprennent justement rien : Charlie Hebdo se battait pour le droit de tous d’être irrévérencieux envers tous. Savent-ils seulement que la quasi-totalité de procès intentés au journal l’avaient été…par l’extrême-droite ?

Et dire qu’il faut maintenant supporter le flot de théories du complot, lire des pamphlets sur le décalage du traitement médiatique entre ces victimes et d’autres par des intellectuels virtuels, et souffrir l’usage brouillon des massacres en Palestine, au Congo, en Birmanie ou ailleurs par ceux qui se découvrent une âme de cyber-activistes.

Mais ne nous leurrons pas : il faudra comprendre quels dysfonctionnements ont poussés ces individus à agir de la sorte. Il faudra voir quels ont été les torts, de part et d’autre, ayant créé le vide dans lequel la bêtise, la haine et l’ignorance s’engouffrent aujourd’hui. La force d’une démocratie doit également être celle de s’adapter, tout en respectant ses propres principes et valeurs.

En rentrant du rassemblement sur la Place de la République de mercredi soir, j’ai vu une mère avec son fils dans le métro. L’enfant jouait avec ses crayons.

Espérons qu’il s’y accroche de toutes ses forces. Pour lui, et pour la bande de cons que nous sommes.

Olivier Gbezera est chroniqueur. Sa chronique Outre-Quiévrain apparaît mensuel sur le blog de Bleri Lleshi.

Suivez les chroniques sur

https://blerilleshi.wordpress.com

https://www.facebook.com/Bleri.Lleshi

@blerilleshi

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s