Home

300x999_5456097En tant que immigrant néerlandophone on me pose souvent la question pourquoi avoir choisi Bruxelles. Par contre on me demande nettement moins souvent comment la vie se déroule à Bruxelles.

En Belgique, presque tout le monde a une opinion sur Bruxelles, même si on ne fréquente pas cette ville. Une opinion sur le gouvernement, sur la politique locale, sur les problèmes de société et même sur la population bruxelloise.

Même ceux qui à Bruxelles ne connaissent que les quais des gares du Nord et du Midi discutent avec autorité de la façon de laquelle il faudrait remédier aux maux et comment les solutionner: fusion des communes, briser les baronnies des bourgmestres socialistes, plus de bleu dans la rue.

Les machos de Molenbeek, Schaerbeek et Kureghem doivent se mettre au pas. On y ajoute encore une ou deux fêtes villageoises à la flamande, afin de ventiler notre opinion sur le gaybashing, le harcèlement des femmes dans la rue, la criminalité.

Dernièrement j’entendais dans le train un adolescent décrivant Schaerbeek à sa mère: pauvreté, allochtones, criminalité. Je ne sais pas si le garçon en question connaît Schaerbeek ou y a déjà été. De toutes façons ce sont les mots-clé qu’on entend le plus souvent quand il s’agit de définir Schaerbeek ou par extension Bruxelles. Que Schaerbeek soit plus étendue que quelques rues autour de la gare du Nord surprend plus d’un. Quand je demande à mes interlocuteurs qui sont les allochtones dont ils parlent, ils ne sont même pas capables de donner des explications, à part quelques images caricaturales qui n’ont pas grand chose à voir avec l’aspect de la rue schaerbeekoise.

Les côtés sales et violents de la ‘grande ville’ sont exagérés dans la presse, au point où je ne reconnais pas la ville où je vis par rapport à celle décrite dans les médias. Même chose pour la politique bruxelloise. Combien d’articles n’avez-vous pas lus sur Thielemans et Moureaux, alors que Bruxelles compte 19 communes? La toute-puissance PS qui qualifierait Bruxelles serait moins importante que prévue, mais omniprésente dans les titres de journaux. Il n’est pas étonnant qu’on me parle régulièrement de Thielemans ou de Moureaux si on insiste tellement fort sur cette idée. Par contre je ne dois jamais m’expliquer sur Bernard Clerfayt, bourgmestre de Schaerbeek. Il ne correspond pas à l’image créée sur les quartiers mal famés dominés par le PS.

Les priorités envisagés par la Flandre pour Bruxelles ne concernent souvent pas le Bruxellois mais le navetteur. Une grande partie de la population bruxelloise n’est pas prise en compte par notre communauté et de ce fait est presque invisible dans nos médias. Bienqu’ils fassent partie de notre société, ils en restent exclus. Ce n’est pas la qualité de vie du Bruxellois qui est primordiale mais la sécurité du navetteur. Le PS bruxellois, l’élite culturelle minimalisant les problèmes et la communauté allochtone sont priés de se justifier par rapport aux coupables. L’indignation est grande et exige des excuses envers l’opinion publique flamande. Ce que la Flandre a reproché à Moureaux n’est pas tellement sa politique menée, mais son refus de s’excuser devant une opinion publique ne connaissant Molenbeek uniquement des images télévisées. Ce qui se déroule dans les quartiers bruxellois n’est pris en compte que s’il y a répercussion sur le train de vie de la classe moyenne flamande ou si cela dérange la journée de travail du navetteur.

Dans ce récit il est frappant que les causes structurelles sont évincées et remplacées par des impératifs moraux et de formation de caractère. Malheureusement cela confirme un vécu de Bruxelles que je ne retrouve que dans quelques îlots dans la ville entre la rue Dansaert et la chaussée flamande. La population bruxelloise n’est jamais interlocuteur et il n’y a pas d’échange d’idées avec les politiciens bruxellois. C’est une conversation entre la Flandre et la Flandre au sujet de Bruxelles.

Bruxelles n’est pourtant pas séparée de la Flandre, elle en fait partie intégrante; c’est une société continue qui ne s’arrête pas aux frontières de la région. Un refus obstiné de voir Bruxelles sous un angle différent que ‘la tache d’huile’ sur laquelle quelques rares oiseaux flamands flottent, n’empêchera pas le reste de la société à être confronté à Bruxelles en tant que ville à problématique plus ample. En Flandre on ne veut pas entrer en dialogue avec les Bruxellois; on veut parler des Bruxellois; voilà la tragédie. On ne veut pas parler de mécanismes sociaux mais d’échecs individuels et collectifs. Les différences sont accentuées et jugées. Aussi longtemps qu’on pense pouvoir résoudre les problèmes en montrant du doigt et à réprimander de façon autoritaire; il s’agira d’un monologue au lieu d’un dialogue.

Si nous n’acceptons pas une partie de la population comme partie intégrante de notre société on ne continuera qu’à dialoguer avec nous-mêmes. Nous connaissons les faiseurs d’opinion flamands, mais savent ils seulement ce qui vit dans les bas quartiers de la ville? Sont-ils disposés à accepter ces quartiers comme partie intégrante de notre société? Ceux qui crient le plus fort, vont-ils aussi prendre leurs responsabilités? D’ailleurs Bruxelles ce n’est pas que des navetteurs, quoiqu’on l’oublie parfois dans la périphérie.

Nathaniël Bovin a 27 ans

On est submergé de messages négatifs concernant la jeunesse bruxelloise. Comme s’il n’y avait qu’un seul type de jeune à Bruxelles. Bléri Lleshi, philosophe politique, se lancent dans une campagne d’information intitulée ‘Lettres de Bruxelles’. Chaque mercredi , treize semaines durant, de jeunes Bruxellois prennent la parole.

Les lunettes flamandes par Ibrahim Üçkuyulu 

https://blerilleshi.wordpress.com/2014/09/24/lettres-de-bruxelles-les-lunettes-flamandes/

Fille d’ un nègre des sables par Danira Boukhriss Terkessidis

https://blerilleshi.wordpress.com/2014/10/01/lettres-de-bruxelles-fille-dun-negre-des-sables/

Suivez les lettres sur

https://blerilleshi.wordpress.com

https://www.facebook.com/Bleri.Lleshi

@blerilleshi

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s