Home

daniraDe nos jours tout le monde veut donner son opinion sur ‘les allochtones’. Sûrement depuis que le journal De Morgen a bani ‘le mot à ne plus prononcer’. Du coup il surgit de partout. Quelle rébellion!

Mais comment faut-il les appeler, ces étrangers, ces nouveaux Belges ? Il n’y a plus d’appellation politiquement correcte. Tout semble aussi grossier que macaque, bouffeur de bananes, nègre des sables.

Un autre vilain mot :’autochtone’. Toujours employé correctement, sauf quand on oublie tout d’un coup que la ‘population autochtone des Etats Unis d’Amérique’ était tout sauf blanche. J’écris explicitement ‘était’ parce qu’il n’y reste plus beaucoup d’autochtones. Est-ce dû aux nouveaux Américains allochtones ? Il y a toujours la bagarre avec ces allochtones! Des meurtriers, des voleurs, des terroristes. Des night-shops, ça aussi. Il nous reste quand même quelque chose dans nos villages flamands où les volets se ferment déjà à quatre heures et demie.

Puisque mon père est un nègre des sables (un vrai, né là-bas) j’ai le droit d’avoir une opinion sur ce vocabulaire tant controversé où personne ne peut être à la fois correct, précis et prudent. Appelez un chat un chat. N’appelez pas un Marocain un macaque. C’est aussi simple que bonjour. S’il habite la Belgique et qu’il est mentionné ‘Belge’ sur sa carte d’identité belge? Appelez-le Belge. Pas difficile, n’est-ce pas?

Ne l’appelez surtout pas ‘Marocain belge’ ou ‘Belge turc’ ou toute autre combinaison quand il s’agit de reporter sur un délit de vol ou autre acte criminel. Ceci prête à confusion pour le spectateur à la maison. On pourrait tout aussi bien parler du Diable Rouge mi-Congolais mi-Belge Vincent Kompany.

Tout le monde connaît ‘un bon immigré ‘, un seul. Deux, au grand maximum, son fils par exemple. Ils ne sont vraiment pas nombreux ces ‘bons nouveaux Belges’.

Il y a aussi une hiérarchie concrète entre ces ‘nouveaux Belges’ qui va de pair avec leur appréciation par les ‘anciens Belges’. Les Marocains se trouvent sans aucun doute tout à fait en bas de l’échelle. Suivis par tous les autres Nord-Africains et ajoutons tout de suite les ‘Moyen Orientalistes’, parce qu’issu de la même contrée que Osama.

Jusqu’à présent les Grecs obtenaient un bon score mais depuis la crise ils dansent le sirtaki avec beaucoup moins d’élan. Ensuite il y a les Latino-Américains, où les femmes (ai caramba, salsa, rumba, hanches) scorent encore mieux que leurs compagnons masculins. Les Espagnols ne sont plus ‘déplaisants’ seulement ‘très bruyants’. Et ‘paresseux’ comme tous les autres originaux des pourtours de la Méditerranée. Et puis il y a les Africains, évidemment. Les Africains du Sud sont plus appréciés (ne parlent-ils pas un genre de néerlandais ?) que les Congolais (‘inobéissant’) et les Maliens (‘paresseux’). Par contre les Jamaïcains sont chouettes (Bob Marley, Usain Bolt, et cet autre rapide-là)…Et puis il y a les mulâtres, les métisses, les pluri-sanguins qui se sentent chez eux nulle part et partout et qui, avec un peu de chance, ont eu une bonne éducation flamande.

Comme je le disais déjà : mon père est ainsi. Un nègre des sables. En général les gens se trompent quand ils s’interrogent sur ma descendance, ‘D’où viens-tu ?’ Ils me prennent pour une Brésilienne, Espagnole, un peu Indienne ? Faux. Tu ne vas pas me croire, mais mon père est du Maroc ! Ils n’en croient pas leurs yeux : ils voient une fille avec un verre de vin, sans voile et sans accent! C’est possible? D’ailleurs ma mère est métissée elle même Belgo-Grecque. Ah, nous y voilà!  Mon père est apparemment ‘un bon’ puisqu’il a ‘fait cela avec une Occidentale’. « Ta mère devait-elle porter le voile, cuire des couscous à longueur de journée, mettre au monde huit enfants et se faire passer pour une Fatma ? »

Puis viennent les questions. Après ses longues années, je suis parvenue à faire une collection de ‘remarques désobligeantes’. Cher lecteur,  je les ai inventoriées spécialement pour vous.

“Est-ce que tu vois encore ton papa? A-t-il du travail ? Où ? Combien de frères et sœurs as-tu ? Dois-tu porter le voile à la maison? Parles-tu le néerlandais à la maison ? Tu parles bien le néerlandais, c’est inouï ! Tu n’es pas musulmane ? Connais-tu des Juifs?” “Non, toi bien peut-être ? » Et la meilleure de toutes : « Ah, mais vous êtes différents, vous êtes intégrés ! ».

 Au lieu de devoir me justifier pour toute une société allochtone, ma réplique devient : « Mon papa, inch’Allah, est un extrémiste musulman qui porte la barbe, il refuse d’apprendre le néerlandais et il bat ses femmes. Depuis de longues années il m’a marié en échange de deux chameaux et une chèvre ! »

Entre parenthèses : mon fiancé est mulâtre. Des congénères! Mais aucun regret : nous parlons couramment le néerlandais et nos futurs enfants seront impeccables.

 Danira Boukhriss Terkessidis a 23 ans

On est submergé de messages négatifs concernant la jeunesse bruxelloise. Comme s’il n’y avait qu’un seul type de jeune à Bruxelles. Bléri Lleshi, philosophe politique, se lancent dans une campagne d’information intitulée ‘Lettres de Bruxelles’. Chaque mercredi , treize semaines durant, de jeunes Bruxellois prennent la parole.

Les lunettes flamandes par Ibrahim Üçkuyulu 

https://blerilleshi.wordpress.com/2014/09/24/lettres-de-bruxelles-les-lunettes-flamandes/

Suivez les lettres sur

https://blerilleshi.wordpress.com

https://www.facebook.com/Bleri.Lleshi

@blerilleshi

One thought on “Lettres de Bruxelles // Fille d’un nègre des sables

  1. Pingback: Lettres de Bruxelles // Bruxelles n’appartient pas seulement aux navetteurs | Bleri Lleshi's Blog

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s