Home

PVDA+/PTB+ a causé la surprise lors des élections dimanche 14/10. Le score est impressionnant avec un total de 52 élus.

Après trente ans, ils ont à nouveau deux représentants à Bruxelles. En Wallonie ils ont des conseillers communaux à Liège, Mons et Charleroi. À Zelzate, Genk et Anvers, ils obtiennent également de bons scores.

A Anvers, ils obtiennent 8% des voix et quatre conseillers communaux. Idem que GROEN! (Ecolo) et le double de l’Open VLD (MR). Dans les conseils de district d’Anvers ils obtiennent 17 sièges et ils atteignent même deux sièges dans les conseils de province. Peter Mertens, le président du PTB, a 8.823 voix de préférence. Seulement Bart De Wever, Patrick Janssens et Filip Dewinter en ont plus.

«Que nous obtenons huit pour cent, dépasse même mes attentes les plus folles», a déclaré Mertens (DS, 15/10). Samedi dernier (13/10) sur Knack.be j’avais prévu que le PTB+ serait la surprise de ces élections et je n’étais pas le seul.

Depuis Peter Mertens est devenu président (2008), le parti a été renouvelé. Jeune, dynamique, en mettant en évidence des thèmes et des groupes différents dans la société.

Pour un petit parti, le PTB a construit un département de recherche solide, tandis que les autres grands partis ont réduit leurs départements de recherche. Tom De Meester (énergie) et Marco Van Hees (fiscalité) sont des voix importantes dans le débat, et apparaissent souvent dans les médias. Le livre “Comment osent-ils?” de Mertens a également créé plus d’ouvertures. Ces ouvertures dont le PTB avait besoin pour transmettre son message au peuple: «D’abord les gens, pas le profit» et de plaider pour une politique sociale et de solidarité.

Ce message a été entendu et les gens savent maintenant qu’il existe une alternative. PTB+ a mit beaucoup d’énergie dans ces élections et ont principalement fréquenté les gens mêmes. Comme nous le savons toute l’attention à Anvers était consacrée pour De Wever et Janssens. Les grands médias ont choisi de ne pas inviter Mertens lors des débats. Et quand les médias décident de parler ou d’écrire sur le PTB+, ils gardent cette image d'”extrême gauche”. D’autres journalistes ou politiciens ne peuvent pas s’en empêcher de retomber dans les clichés, comme Yves Desmet (DM 15/10) qui appelle Mertens et son parti des maoïstes.

Si vous lisez le programme du PTB+ et écoutez Mertens, il est clair qu’il s’agit d’un parti de gauche. Pas plus, pas moins.

Le nombre de voix du PTB+ à Anvers montre qu’on a besoin d’une alternative de gauche. En ces temps de crise, les problèmes socio-économiques de la population ont augmentés. Des problèmes qui exigent une politique sociale. Alors que le conseil communal et les partis de la majorité ignorent ces problèmes, le PTB+ les mettent à l’avant-plan. Les logements abordables, les soins de santé abordables et une bonne éducation gratuite sont ses premières priorités.

Il ya une deuxième raison. De nombreux citoyens d’Anvers sont fatigués de la politique de Janssens. Quand Bart De Wever dit que Janssens s’approche de lui avec son discours, alors il a raison. Comme Filip Dewinter a raison quand il fait la même reproche à De Wever. Afin de gagner plus de voix la N-VA a reprit le discours, certains des candidats et une grande partie des électeurs du Vlaams Belang. Sans ces votes De Wever ne serait jamais élu en tant que bourgmestre.

En dehors de ses fidèles supporters, le PTB+ a réussi à convaincre beaucoup de gens qui estiment que Janssens mène une politique de droite. Les chiffres exacts ne sont pas encore disponibles, mais il est évident que beaucoup de Belges issus de l’immigration ont voté PTB+. À Borgerhout le PTB+ obtient 17% des voix. Zohra Othman du PTB+ est la candidat avec le plus de votes préférence. Le PTB+ reconnaît que cette communauté, en plus de la pauvreté alarmante, est confrontée au racisme et à la discrimination. PTB+ est aussi clairement contre l’interdiction du voile. Une interdiction qui a coûté des votes à Janssens. A noter également que deux des quatre élus du PTB + à Anvers sont issus de l’immigration.

Mertens a fait la promesse de s’opposer aux politiques antisociales et néolibérales de De Wever pendant les six prochaines années et de continuer de construire alternative sociale de gauche. Espérons qu’il sera suivi par Groen! et Rood, mais aussi d’autres mouvements progressistes. Si l’on regarde les premières nouvelles des coalitions qui sont formées, une forte opposition de gauche sera nécessaire, et pas seulement à Anvers.

Bleri Lleshi est philosophe politique

Publiée dans De Morgen

Traduction du néerlandais par Yuri De Belder

https://blerilleshi.wordpress.com

https://www.facebook.com/Bleri.Lleshi

Twitter @blerilleshi

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s