Home

Chère Madame le Ministre,

Chère Madame Milquet,

Je vous écris concernant la violence policière bien choquante récemment vue à Bruxelles.

Un groupe de manifestants qui consistait surtout de Bruxellois d’essor Congolais venait manifester le samedi dernier contre la violence sans cesse à l’Est-Congo. Ils sont convaincus que les autorités Ruandaises jouent un rôle bien important dans la région en soutenant des différents mouvements rebelles qui déstabilisent cette région. C’était la raison pour laquelle ils avaient prévue la fin de leur manifestation devant l’Ambassade Ruandaise. Selon la porte-parole de la zone Bruxelles Ville-Ixelles, Ilse Van de Keere c’est exactement là où il y a eu quelques incidents. En fait, on en a mentionné deux : « un abris de bus détruit » et « une cannette qui serait jetée dans la direction de l’ambassade de l’Uganda ».

Ces deux incidents sont déplorables et bien à éviter pendant des manifestations, mais ce sont des futilités comparé à la violence déployée contre les manifestants. Les images vidéo faites par les média et par des passants y font preuve claire et montrent comment nos forces policières tabassent impitoyablement des gens.

L’année passée j’écrivais une lettre ouverte à Madame Turtelboom, à ce moment-là Ministre de l’Intérieur. Dans cette lettre je demandais de la justice pour le jeune Ricardo, qui se rendait à un Festival de Musique – une manifestation contre un centre d’asile fermé – et était salement amoché par la Police. Jusqu’à ce moment je n’ai pas eu de réponse. Et entretemps, Madame Turtelboom peut se nommée notre Ministre de Justice. Quelle ironie !

L’incident du samedi passé n’est pas un cas isolé et vous le savez que trop bien. Permettez-moi de citer quelques exemples de ma commune, Ixelles.

Sans doute vous vous souvenez comment la Police a agi contre les manifestants à Matongé, il y quelques mois. La violence était hors de toute proportion : plus de 50 plaintes ont été déposées auprès du Comité P.

Un autre exemple se déroulait sur la Place Flagey, la plus grande place à Bruxelles. Une place où des centaines de gens se rencontrent tous les jours. Moi-même, j’en suis fière de ce « mix » sociale qu’on y voit. Pendant toutes les années que j’y habite et que j’y passe tous les jours, il n’y a qu’une fois que j’étais témoin d’une bagarre entre un groupe de jeunes.

Mais le pire que j’y voyais, c’était le comportement violent de la Police contre les « indignados », qui s’avaient ouvertement rassemblés sur la Place.

Madame le Ministre, en voyant le film récent sur le sexisme dans notre ville dans le reportage “Femme de la Rue”, vous avez agi immédiatement. Vous promettiez entre autre l’implication des sanctions administratives. Et le fait que vous voulez vous battre contre le sexisme me paraît, en tant que citoyen, une bonne chose.

Mais je me demande : est-ce que vous pouvez réagir avec le même zèle contre la violence policière dans notre ville ?

Aborder le sexisme intolérable implique probablement une approche complexe. Il faudrait s’y prendre de plusieurs cotés et il vous faudrait la collaboration des parents, des écoles, de l’environnement et des politiques des plusieurs acteurs. Par contre : la violence policière est une matière pour laquelle votre département est le seul responsable, donc vous pouvez l’attaquer seule, avec votre cabinet. Il s’agit de violence exercée par des gens de la Police, des gens qui représentent l’état. Ils sont obligés de respecter et garantir les règles et les lois auxquelles ils ont prêtés sermon et fidélité. Et vous êtes dans la position d’imposer que la forces policières se tiennent à leurs sermons, et – si non – de leur obliger de quitter les dites forces.

Si je regarde les images, et je vois comment des gens reçoivent des coups de pieds, que les policiers leur craches dessus et sont tabassés par ceux qui devraient les/nous protéger, je trouve cela intolérable dans notre « état de Droit ».

Comme Ministre compétant en cette matière, ainsi en tant que Bruxelloise avec qui je partage l’amour et la préoccupation de notre ville, je vous pose la question : qu’allez-vous entreprendre contre cette violence policière ? Vous impliqueriez, également ici, la tolérance à zéro ?

En espérant de vous lire à ce sujet,

Bleri Lleshi est philosophe politique et activiste des droits humains

https://blerilleshi.wordpress.com

https://www.facebook.com/Bleri.Lleshi

Traduction du néerlandais par Monique Spithoven

Youtube images de la violence policière lors de la manifestation dd. 28/07/2012

http://www.youtube.com/watch?v=GvloRijdnp0&list=UUVWwKelO6TJEHELMfPWGFBA&index=1&feature=plcp

Ricardo témoigne sur la violence policière http://www.youtube.com/watch?v=G85jPq6Y_1o

Répression de la police : Place Flagey 11/06/2011

http://www.youtube.com/watch?v=zwtK37-GD6k&feature=related

2 thoughts on “Violence policière : tolérance zéro

  1. Pingback: Les deux facettes de la violence « Bleri Lleshi's Blog

  2. Pingback: Les deux facettes de la violence

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s