Home

Madame la Secrétaire d’Etat,

Cher Collègue,

Quand je rentrais hier soir en vélo après avoir rencontré les sans-papiers qui font la grève de la faim à la VUB, je pensais combien votre travail devait être très difficile et que je ne voudrais pas être à votre place.

Vous devez prendre des décisions qui bousculent la vie de beaucoup de personnes et qui mettent fin à leurs rêves de plusieurs années. Vous devez vous laisser guider par la loi et non par votre cœur.

Je préfère de loin suivre et accompagner les grévistes de la faim au point de vue médical, même avec peu de moyens et après les heures de travail. Cela signifie aussi être confronté chaque jour à des patients qui vont visiblement de moins en moins bien. Mais cela veut dire aussi de pouvoir travailler avec des hommes qui veulent une vie meilleure et qui se donnent à fond pour cela.

Je ne sais pas combien de sans-papiers vous voyez dans votre cabinet à Merchtem, mais chez nous à Schaerbeek, nous en voyons tous les jours: exploités par leurs employeurs, travaillant des heures durant pour trois fois rien. De ce salaire de misère, ils doivent payer une grande partie au propriétaire en échange d’une chambre minuscule avec une toilette commune dans le couloir. Ils refusent un certificat de maladie car sans travail, ils n’ont pas de salaire.

En tant que collègue médecin, je pourrais vous envoyer un rapport officiel, donnant un compte rendu sec des IMCs en baisse, des pouls et des tensions, des pourcentages de pertes de poids, de vertiges et d’asthénie. Je pourrais vous donner une liste de tous les petits et grands problèmes médicaux qui se présentent et qui sont soigneusement notés par notre équipe médicale dans les dossiers des grévistes de la faim. Comme une petite blessure qui s’infecte directement à cause de leur peu de résistance et qui devient très vite un abcès devant être drainé. Comme les aphtes ou les problèmes dentaires causés par la boisson de thé bien trop sucré. Mais comme médecin, vous êtes bien au courant de tous ces problèmes.

En fait, je n’ai pas envie de vous parler de cela. Au fond, je voudrais vous demander de rendre visite aux grévistes de la faim à la VUB. Non pas pour aider à suivre ces personnes médicalement, mais pour leur donner une explication. Parce que les grévistes ne comprennent plus, et moi je ne suis plus capable de leur donner une explication. Ils ne comprennent pas que vous, en tant que médecin et en tant que femme ne manifestiez pas plus de compréhension et d’intérêt à leur cause. Ils ne demandent rien de plus que de pouvoir travailler ici légalement, et ainsi contribuer à la société. Pour pouvoir espérer y arriver, ils ont parfois navigué des journées entières sur un léger esquif pour traverser la Méditerranée, avec comme seule nourriture quelques dattes, ou ils ont suivi un chemin dangereux à travers les Balkans à partir de la Turquie.

Mais si je leur demande aujourd’hui ce qui a été le plus difficile, ils répondent tous : « la grève de la faim ! ». Ils continuent cependant.

Je vous demande, Madame la Secrétaire d’Etat : venez les voir, venez leur parler, venez leur expliquer ce qu’il a de mal à aspirer à une vie digne.

Eux tous, ainsi que moi-même, nous apprécierions cela énormément.

Salutations confraternelles,

Dr Rita Vanobberghen est médecin et fait de la recherche à VUB sur les grévistes de la faim

Lire aussi:

https://blerilleshi.wordpress.com/2012/03/16/les-cicatrice-de-la-migration/

7 thoughts on “Lettre ouverte à Maggie De Block par médecin Rita Vanobberghen

  1. Il n’y a rien de répréhensible à vouloir une vie plus digne, mais le chantage morale de la pratique de la grève de la faim est inacceptable en soit.
    Pas de pitié pour des grèvistes de la faim qui mettent à exécution leur chantage honteux.
    Mon fils n’a aucun revenus et d’aide de personne et pourrais alors aussi bien exercer ce chantage honteux pour forcer l’administration, le chômage, la mutuelle ou le CPAS à lui venir en aide !!!
    Il faut arrêter de prendre en considération des personnes qui exploitent les sentiments humains pour obtenir de l’aide.
    Il existe d’autres moyens plus dignes et surtout pllus efficaces.
    Ceux qui veulent mette leur vie en danger c’est leur choix et pas celui des gens qui les entourent.
    Voilà, j’ai dit ce que j’éprouvais face à ce chantage moral honteux et indigne.

    • Le chantage moral, honteux et indigne que vous citez n’est-il pas plutôt le fait de ce monde immoral et injuste dans lequel nous vivons, monde où les « Droits de l’Homme » ne se résument qu’à des illusions lovées au fin fond de nos bonnes consciences occidentales ?

      Je parle de ce chantage par lequel des êtres humains, confrontés aux images satellitaires paradisiaques dégoulinants sur les téléviseurs de chaque hutte, de chaque bidonville de la planète, en arrivent à croire que l’herbe plus verte du pré des voisins leur est accessible à eux aussi : se construire soi-même, c’est possible leur crie le bien-pensant speaker de « l’american way of life » !

      Alors, au prix de risques insoutenables, ils arrivent jusque sous nos fenêtres. Et nous fermons nos cœurs et nos portes… Et…

      Toutes les justifications sont bonnes pour ce faire, jusqu’à se persuader que « mettre leur vie en danger c’est leur choix… ».
      Mieux vaudrait certainement qu’ils restent à crever loin de nos regards :
      cela préserverait le confort de nos consciences…

  2. Je pense que vous n’avez pas comprit qu’ils ne demandent rien comme aide. Pas de CPAS, pas de mutuelle, ils ne veulent pas vivre ici en profitant du travail des autres. Ils veulent pouvoir travailler legalement. Et c’est tout.
    Pour la question du chantage. A l’époque de Nelson Mandela la grève de la faim était du chantage? Cette grève est leur dernier recours. Je ne connais pas votre fils mais je suppose qu’il a la nationalité belge? Essayez d’abord de comprendre dans quelle situation les sans papiers vivent avant de les juger de chanteurs honteux.

  3. Monsieur Martin,
    Permettez moi de vous suggérer d’aller voir les 23 grévistes de la faim au 36 boulevard du Triomphe à Auderghem et de leur expliquer votre opinion, de leur dire en face que vous les considérez comme des “maîtres chanteurs honteux et indignes”, ou du moins que vous considérez leur action comme un “chantage honteux et indigne”.
    Comme le dit Yuri, ces 23 personnes ne demandent que le droit de travailler, de vivre dignement et de participer à la société.
    En ce qui concerne votre fils, je pense qu’il a lui d’autres moyens d’action que ce moyen, extrème certes, mais le seul qui reste à ces 23 personnes.
    Bien à vous. Laurette Vankeerberghen

  4. Il ne faut en aucun cas céder au chantage sous quelque forme que ce soit sinon c’est la porte ouverte aux revendications de toutes sortes.
    Pour ce qui concerne des demandeurs d’asile Marocain je pense que la vie au Maroc est agréable et que de surcroit c’est un Pays démocratique.
    Donc je ne vois pas où ce situe le problème dans ce cas là !!!
    Pour ce qui concerne le fait que ce chantage par lequel des êtres humains, confrontés aux images satellitaires paradisiaques dégoulinants sur les téléviseurs de chaque hutte, de chaque bidonville de la planète, en arrivent à croire que l’herbe plus verte du pré des voisins leur est accessible à eux aussi : se construire soi-même, c’est possible leur crie le bien-pensant speaker de « l’american way of life, nous même Occidentaux sommes confrontés à ce problème tous les jours et vous ne voyez jamais l’un d’entre-nous faire une grève de la faim pour obtenir une amélioration de leur vie !!!
    Moi je rêve depuis toujours d’une belle maison, spacieuse avec piscine comme celle qu’on nous montre à la TV ou dans les revues.
    Devrais-je aussi faire la grève de la faim pour l’obtenir?
    Donc votre comparaison avec les images satellitaires ne justifient pas que des personnes emploient la pression médiatique de la grève de la faim pour obtenir ou exiger des droits qu’elles n’ont même pas le droit de revendiquer dans leur propre Pays. CQFD !!!

  5. en juin 2000 j ai eu l occasion formidable de rencontrer l abbé pierre , avec qui j ai eu une discussion chaleureuse en ce qui concerne les lois sur les étrangers ( étrangers : celui qui vient d un autre pays) c était en France , alors tout qui n est pas français est un étranger, et en Belgique tout qui n est pas belge est un étranger , pensons une seule fois qu’on peut être étranger, pour appliquer les lois sur les étrangers (donc sur nous même) il m a dit que ceux qui font ces lois ne les subissent pas …. oui dans leurs pays, mais si jamais il devient un citoyen ordinaire , et qu on applique la réciprocité ??? Visa obligatoire pour les européennes qui veulent passer leur vacances au Maroc ou en Tunisie ?? Oui ça vaut pas le coup de se tuer pour un torchon.. Je demande l application de la réciprocité , je renvoi tous les belges de mon Afrique à moi … tous les européennes n ont rien à faire dans nos pays , qu’il aillent se faire la guerre entre eux se tuer s ils veulent .. hélas on ne peut pas jamais rien devant les Ingrats Fasciste .. la terre n appartient à personne encore moins aux Fachos

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s